Vos rêves

Racontez vos rêves les plus récents, les plus originaux, les plus détaillés, les plus beaux ou bien les plus horribles...
Racontez votre rêve
 tri:  plus récents | meilleurespubliés: 629
envoyé par: Sophie Vke

Un m'a marqué par la déstabilisation qu'il a engendré.
1995, entre 3h et 3h30 du matin. Une présence, une sensation de douceur; une voix se précise peu à peu, paisible et me sortent de ma torpeur; c'est celle de M. X, un de mes patients; il n'arrive pas à communiquer à sa fille, sa femme qu'il les aime tant; un homme, ça pleure pas.. mourir d'un cancer, c'est déjà stupide, alors pas d'éclats. Un officier se doit de mourir dignement. Je connais la chanson...
Mais pour l'heure, il me parle doucement et je n'entends pas bien; ressenti de bienveillance, mémoire de sourires, d'humour; étrange mélange de rêve et souvenirs récents.
"Au revoir". Ah.. ça j'ai bien compris. Je marmonne " au revoir Monsieur " et me réveille " on se retrouve tout à l'heure ?" Mais qu'est ce que je raconte ??? Il est 3h30 !!
Il est 7h, et je retrouve Claire et Ben à l'USP.
- "Ben va falloir que je souffle un peu.. j'ai rêvé de M. X, enfin.. il est venu me parler... Et après plus moyen de dormir !"
-" Ah oui ? à quelle heure ?"
-"Pas facile à dire... vers 3h - 3h30"
- "Il t'as dis au revoir alors; il t'aime bien" Me dit elle avec un grand sourire entendu.
- "??????"
- "Il est décédé à 3h30. Il était paisible". On se prend un café ?



envoyé par: Perrine

J'ai 34 ans, célibataire, sans enfant. J'ai rêvé la semaine dernière que je devais me rendre rapidement à l'hôpital pour accoucher. Ma sœur m'accompagnait, me soutenait, me conseillait. L'accouchement se passe, à mon sens, bien, puisque je ne ressens aucune douleur, et quand je vois pour la première fois le bébé (minuscule) il est propre, sauf le haut de son crâne à partir de ses yeux, couverts de sang, comme si on l'avait trempé la tête en bas dans une bassine. Cela ne m'inquiète pas, ma sœur se dit insatisfaite de la prestation du médecin sans que je sache pourquoi, j'ai autours de moi mon frère avec qui nous sommes fâchés depuis un an. Je me retrouve enfin seule avec mon enfant : c'est comme si le père n'existait pas, sa présence ne me manque pas, je n'y pense pas. Je me sens heureuse, et je trouve le bébé particulièrement éveillé. Je ne sais pas si c'est une fille ou un garçon, mais les yeux grands ouverts, il me sourit et je vois deux belles rangées de dents parfaites. Je commençe à m'extasier, quand je l'entends parler... En anglais, il me demande "what's your name ?" Etc... J'en suis très fière, j'ai le sentiment d'avoir accompli quelque chose d'extraordinaire et en même temps je prends conscience de la situation et fuis afin de le cacher aux yeux du monde, car j'en suis convaincue, même ma sœur me le jalouse. Il est tellement petit (il dépasse à peine quand je l'ai dans une seule main) et déjà doté de conscience que ce n'est pas un poids dans mon évasion, mais plutôt un allié, un complice, qui sait se faire discret.



envoyé par: Juliette

Je suis somnambule.
Du coup, lorsque je dors, mon rêve se mêle souvent à la réalité (la réalité qui m'est relatée par mon compagnon ravi que je le réveille...)
Dernièrement, j'ai rêvé que des araignées descendaient du plafond de ma chambre et menaçaient de se poser sur mon visage.
Du coup, toujours endormie, je me suis levée, j'ai secoué mon compagnon pour qu'il cherche les araignées avec moi et qui les tue.
Mon compagnon habitué à la chose m'a raconté qu'il a du me demander à plusieurs reprises de me rendormir durant la nuit car j'ai fait ce rêve à plusieurs reprises.
Le pauvre...



envoyé par: anonyme

Je suis dans une salle de classe, Einstein est au tableau noir, une craie à la main, avec un assistant qu'il appelle toto à ses côtés.
Il sait que je suis dans la salle et se met à écrire une formule très compliquée qui recouvre tout le tableau. J'essaie de la copier mais il essuie au fur et à mesure qu'il n'a plus de place. Je voudrais prendre une photo de la formule avant qu'il ne l'efface mais mon appareil ne fonctionne pas. Je demande alors à Einstein de ne pas effacer car je n'ai pas le temps de tout écrire et il me répond alors : ne t'inquiète pas, c'est la formule du bonheur et tu l'as à l'intérieur.
Je me suis réveillée de ce rêve comme si j'avais été opérée, transformée.
Ce rêve n'est pas récent mais il fait partie d'une série de rêves qui m'ont beaucoup marquée.



envoyé par: heldiane1@live.fr

Il y a quelques jours j ai rêvé d'un immense champ cultivé d'herbes illicites. Je me suis retrouvée comme dans un labyrinthe à évoluer au milieu de chanvre de marijuana qui étaient plus grandes que moi. Je caressais je humais , heureuse et apaisée. Comme une enfant innocente. Je me suis couchée et j'observais les nuages qui avançaient poussés par le vent qui faisait aller et venir mes plantes magiques dans un doux bruit ....reveil ! Je crois qu il faut que je lache prise vraiment .....



envoyé par: anonyme

Récemment j'ai rêvé que je prenais l'ascenseur pour aller voir une patiente. C'était un ascenseur ancien dans une grande maison de maître. Ma patiente habitait au 8 ème. Je rentre dans l'ascenseur et appuie sur le bouton du 8 ème, quand je me souviens avoir déjà rêvé de cet ascenseur. À chaque fois, dès que je passe le 7 ème étage, il se met à déconner. Je me rappelle qur dans le rêve précédent je m'étais dit à moi - même que la prochaine fois je descendrais au 7 ème et ferais le dernier étage à pied. Mais trop tard, il commence son ascension...1,2,3,4,5,6,7...8...9,10,11,12...il ne s'arrête plus. J'appuie à nouveau sur le 8, il redescend, s'arrête brusquement au 8 et puis il lâche et je tombe



envoyé par: koNeko

Depuis plusieurs mois, je fais régulièrement le même genre de rêve. Parfois, il revient chaque nuits, d'autre fois, il est furtif et n’apparaît qu'une ou deux fois par mois... Malgré tout, cela doit faire plus de 8 mois qu'il me suis.
Il est court, simple, mais étrangement poignant et déroutant.

Je suis dans mon lit, je rêve. Et dans se rêve, rien n'est paisible, je ne vois pas les images de se songe, mais toutes les émotions et les sons me font savoir que je ne me sens pas en sécurité. Puis, je me réveille, parfois en panique, parfois calme, et autour de moi des gens, ils ne semblent pas avoir de sexe prédéfini, m'entourent. Ils sont noir. Non pas la couleur de leur peau, pas leur cheveux ou leurs habits. Il sont complètement noir. Et il me fixent. Je ne vois pas leur yeux, mais je sens qu'il me fixent. Sans parler, il m'observent. Parfois ils sont loin, parfois il sont près de moi, trop près, mais ils ne bougent pas, ils se contente de me regarder... Sans arrêt.

Mon rêve se termine ainsi.



envoyé par: anonyme

J'ai rêvé avoir remonté le temps. C'était mon environnement sauf que j'ai estimé être au 19 ème siècle. C'était en temps de guerre, il y avait des canons avec des roues en bois de couleur jaune. Ce qui m'a le plus marqué était que c'était ma réalité et que ma vraie vie réelle n'était dans cet espace-temps qu'un rêve. Je savais que je pouvais passer d'une époque à une autre. L'époque dans laquelle je n'étais pas était le rêve de celle dans laquelle j'étais. À mon réveil, j'ai été déboussolé pendant de longues minutes.



envoyé par: anonyme

Il y a 25 ans j avais 18 ans j ai fzit un reve qui m a marque a jamais je me voyais endormi en trai de monter au plafond en me regardant dormir et des que j ai traversé le plafond je suis tombe au pied d un arbre majestueux un enorme parc, des collines personnes mais ce qui etait frappant c est que j etais persuadé de ne pas rever j ai meme teste en me pincant je sentzis la douleur j ai souleve une pierre et je sentais son poid et en m eloignant de l ombre de l arbre j ai senti la chaleur du soleil sur mon visage bref j etzis persuade de ne pas rever on aurai dis un parc a l anglaise de l herbe des fleurs cet arbre majestueux et une mare paisible
sachznt sue je ne revais pas j ai couru un peu panique et j ai suivis le chemin vets le haut d une colline et arrive en haut j ai vu partout ce parc a perte de vue j ai appelé personne j ai panisue et couru vers l arbre et la je me suis revu redescendre vers mon corps ma copine ( qui est devenu ma femme) m a dit que j avais hurlé et je n ai plus pu me rendormir ...... un personne m a parle de nde depuis j ai appris que je fzisais des apnees du sommeil alors reve pas reve ???? bref je n ai jamais plus ressenti ca et 25 ans apres je doute encore



envoyé par: Adeline

Je suis sur un bateau où a lieu un combat naval contre un autre bâtiment. Pour faire fonctionner les canons il faut les sortir complètement du bateau sur des planchettes de bois comme des plongeons. Et ce sont des petits garçons qui arment les artilleries. Un enfant grimpe sur le canon après chaque coup et il le nettoie et l’enfourchant comme un cheval. Il doit y gratter une grosse couche de calcaire qui s’y dépose tout le temps. C’est lui le timonier (dans mon rêve, c’est ainsi qu’on l’appelle). C’est lui aussi qui met le boulet. Mais cette fois-ci, il ne va pas le rentrer au fond de la bouche du mortier. Il le dépose en avant, sur une sorte de manche en forme de grosse spatule qui sort de l’orifice. Et ce n’est pas un boulet mais un casque d’armure aveugle à la visière refermée. Et quand il arme le canon, le petit garçon devient tout pâle, son visage comme un crâne et il tombe, inerte.

Le boulet n’est pas projeté mais il flotte, luminescent et silencieux comme un fantôme, jusqu’au bateau voisin. Une tête de squelette apparaît dans une transparence spectrale sur le boulet qui est un heaume. Il plane au dessus du galion en illuminant les voiles de symboles Haïdas, et tout l’équipage meurt, comme irradié. La mère du jeune garçon, elle porte une robe amérindienne en cuir avec des franges, va sur la plateforme du canon ramasser son enfant. Une tête de femme rousse échevelée flotte au dessus de notre bateau, c’est une goule et c’est tout ce qui reste de l’ennemi, qui sont des voleurs de corps. Ils volaient des corps d’enfant pour en faire le trafic et les mettre sur des têtes de goules qui n’ont plus de corps.

La petite sœur du garçon timonier n’a plus de corps elle non plus. Je les mets tous les deux dans le panier de mon vélo pour les amener. Mais mon vélo pédale tous seul, avec la tête de sorcière qui le suit en volant. Ils disparaissent et je sais qu’ils sont guidés par la mauvaise tête, j’ai peur qu’il ne leur arrive malheur alors je cours à leur poursuite.

J’arrive dans un village arabe au milieu du désert. La tête a échouée sur l’auvent tout blanc d’un petit café, les cheveux de la sorcière emmêlés dans les tas de branches que le vent y a déposés. Elle est prisonnière. Des hommes entièrement vêtus de blanc, avec tunique, sandale et une petite calotte au sommet de la tête boivent le thé sur la terrasse, à l’ombre, comme on le conçoit d’une terrasse de café dans le milieu du désert. J’entre dans l'établissement, qui est vide. Il n’y a personne, même pas de meuble. Tout est en bois lambrissé et vernis.

Le petit garçon est là, tout seul, debout, immobile devant la pénombre d’un couloir. Il porte un masque gris en forme de tête de poupée. Je cours vers lui, inquiète et je lui retire le gros masque boursouflé. Et j’ai des frissons de terreur car en dessous il porte un autre masque de papier mâché fait avec des journaux et en forme de crâne. Je le retire aussi et en dessous le petit garçon est vivant, il me sourit alors je le sers très fort dans mes bras. Il me dit que ce n’est pas la goule qui les a conduits jusqu’ici mais un sage qui est venu les chercher et qui retient maintenant la sorcière prisonnière.

La petite fille arrive elle aussi mais elle a maintenant un tronc, deux bras et des jambes. Un instant, je crains que ce ne soit l’œuvre des voleurs de corps. Mais le petit garçon me dit que c’est le sage qui lui a donné vie. Je soulève la chemise de la fillette. Bien que certaines parties de sa peau soient tout à fait humaines, il y a des traces d’argile sèche sur le devant de sa poitrine laissant apparaître des inscriptions magiques gravées, comme sur un golem. Je suis soulagée. Je ne vois pas le sage mais le petit garçon m’explique que je devrai sculpter la petite fille à chaque année car elle va grandir. Je commence à me pratiquer tout de suite car je veux donner une silhouette parfaite à la fillette. On me donne un gros livre dont je dois recopier les formules pour les graver dans ma sculpture. Je vais les écrire dans mon cahier de rêve et quand je les trace à la plume, mon écriture est dorée et aussi brillante que des feuilles d’or.



envoyé par: anonyme

Je vais vous raconter mon premier rêve conscient. Au départ, je me trouvais dans un cauchemar, c'était la guerre, notre pays se faisait bombarder, je voyais mes amis, ma famille disparaître, des avions s'écraser sur des routes que j'empreintais habituellement. Je me suis alors réfugiée dans une cabane avec mon petit frère, jusqu'à ce que sous mes yeux il se fasse bombarder. La douleur était trop intense alors je me suis réveillée. Je me suis rendormie, et me voilà au même endroit, dans cette même cabane, et j'ai souhaité de tout mon cœur me retrouver ailleurs. Et ca a marché. Me voilà sur une île paradisiaque, avec quelques amis. C'est là que j'ai compris que j'étais dans un rêve. Je me suis ensuite rappelé qu'une amie m'avait dis que regarder ses mains dans un rêve était étrange. Alors je l'ai fait, et j'ai bien vu mes mains, bien mes 10 doigts avec mes bagues, sauf qu'elles étaient en mouvement, je voyais mes doigts bouger seules dans le même mouvement qu'un "salut" de la main. J'ai ensuite voulu marcher sur l'eau (étant donné que je sais déjà voler dans mes rêves, je voulais essayer de faire de plus grandes choses). Ce fut d'abord un échec, je m'enfonce dans l'eau. Alors j'ai réfléchi, et j'ai exercé une pression avec l'eau, de ce fait des jets d'eau me soulevaient. J'avais réussis. Ensuite j'ai imaginé une maison (très moderne, transparente et design) et je suis aller me coucher à l'intérieur. Ici se passa quelque chose de plus poussé. Je me suis réveillé dans mon rêve d'après. Ici mes souvenirs sont floues, je me souviens simplement me dire "ok, tu fais une sorte d'inception, tu auras beaucoup moins de détail, voir même aucun", je me suis ensuite réveillé dans mon rêve d'avant (dans la maison que j'avais créée) puis dans mon véritable lit, le souffle coupé.
PS : je me souviens de mes rêves presque tout les jours, et je les contrôles souvent, n'hésitez pas à me contacter pour d'autres informations. Bonne journée :)



envoyé par: anonyme

J'étais dans une région inconnue, avec de grands arbres qui ressemblaient à des séquoias ou des cèdres mais dont le feuillage était plus foncé. Il y avait des maisons, espacées, dont l'architecture s'intégrait parfaitement à la nature, très belle. Quelques personnes se promenaient, d'allure jeune, qui semblaient toutes heureuses, tranquilles, ouvertes, sans trace du moindre stress.
Le lieu était vivant mais néanmoins pas très peuplé, avec peu d'urbanisation. Il n'y avait pas non plus de voitures.
Je remarquais alors que le soleil avait un éclat bleuté, faisant paraitre les couleurs plus froides, un peu plus même que dans les régions nordiques. C'est ce qui me fit réaliser que je n'étais pas sur Terre. mais sur une autre planète dont le soleil était une étoile bleue, comme Sirius, et non une étoile jaune comme le Soleil.
Je remarquais aussi que les nuages étaient différents, à leurs extrémités ils s'étiraient en pointes courbées vers le haut, dans un ciel d'un bleu profond, un peu plus foncé que sur Terre.

Bizarrement, je ne me souvenais plus comment j'étais arrivé là. Je réalisai alors que je rêvais. Je me dis: "il faut absolument que je reste sur cette planète où tout est si beau et où tout le monde est heureux, que je reste dans ce lieu, dans cette dimension du Rêve. Mais ma partie rationnelle me rappelait que c'était impossible et que j'allais fatalement me réveiller, sur Terre. Et c'est ce qui s'est produit...



envoyé par: Aalaïs

Je sais pas si on peut appeler ça de la chance mais je me souviens très souvent d'une partie de mes rêves, ils sont si forts que souvent au réveil je porte encore en moi, les émotions qui me traversent, et qui pour les plus difficiles, me tracassent toute la journée! donc je peux vous raconter un rêve: l'un de mes derniers qui m'a fait verser des larmes:
J'ai rêvé que je travailler en haut d'une tour (tour qui ressemble fortement à une tour de contrôle, donc qu'on peut voir à 360°) avec 5,6 inconnus. l'ambiance était crispante, l' un de mes collègues voit arriver d'en bas, des milliers d'hommes en noirs qui viennent de plusieurs horizons, et qui viennent nous encerclé. Ils se préparent pour nous attaquer, fusils, canon... Nous allions mourir, ils étaient là pour nous!! j'essaye de me cacher dans le faux plafond du bureaux, mais tous me disent, ils te retrouveront!!! j'avais peur, je savais pas ou aller, je regarde par la porte de derrière, et j'entrevois au fond d'un couloir qui sert de cagibi (car je vois des cartons, des serpillères, pleins de choses qui trainent)une porte qui donne sur l'extérieur. Je me dis que je dois me sauver par là!!! j'emprunte donc ce petit couloir et voit a travers la porte des gens de l'extérieur courir car les hommes en noir, les expulsent de notre zone!! je prend vite une couverture épaisse et me la jette sur la tête pour me voiler, je jette mes lentilles de contact et met rapidement mes lunettes (triple épaisseur, car myopie très avancée), et enlève un déguisement que j'avais sur moi (clown) "les rêves c'est vraiment débiles!!! désolé pour le détail mais j'avais vraiment un déguisement de clown, je ne m'en étais pas aperçu avant!! bref je voulais pas qu'on me reconnaisse, et tout en avançant comme la foule, je vois assis sur le trottoir assis comme un réfugiés, mon 2ème fils avec d'autres enfant!! ils étaient entourés des animatrices du centre de loisir, et ils attendaient qu'on vienne les chercher!!! mais je ne pouvais pas, j'étais recherchée, alors pour ne pas risquer la vie de mon enfant, j'ai continué mon chemin et je me suis enfuie dans la zone de la ville. Je me suis cachée dans une usine désaffectée, et là je découvre des petits jouets mécaniques, et je repense à mes enfants!!! mon cadet, je ne l'ai même pas aperçut!!! l'ainé peut être avec le second, mais mon petit.... Je retourne alors sur les lieux, et je ne retrouve plus rien, comme si plusieurs années étaient passées. Soudain je croise ma mère, dans sa vieille Mercedes, je monte et tout en parlant avec elle, nous avançons. Autour le paysage semble futuriste, les bâtiments sont perchés sur de haut pilotis, nous allons en direction de ma maison maternelle, puis ma mère prend un air grave, comme si son statut de mère était passé en statut de buisnesswoman, elle avait changé! Je lui ai demandé ce qui s'est passé, elle m'a fait comprendre qu'ils ont tout détruit, et que mes enfants sont partis chez elle et qu'ils avaient grandit et refait leur vie!! j'étais rassurée mais ....puis je me suis réveillée...
J'ai essayé de me rendormir pour récupérer mes enfants, et finalement toute la journée j'ai pensé à eux et également à mon mari pour savoir ce qu'il a bien pu lui passer pour ne pas l'avoir vu dans mon rêve!!!! Enfin je me suis dit que la prochaine fois je resterai avec eux. Le sentiment d'abandon ne m'a pas lâché de la journée, j'ai embrassé mes enfants le soir en les récupérant, et dans la nuit j'y suis retournée les embrasser!!!



envoyé par: Alcyonea

Le rêve le plus récent et qui m'a profondément marquée, a consisté à ressentir que les connaissances qui me parviennent au niveau conscient sont justes. J'ai aussi eu accès à mes mémoires et programmations intérieures sous la forme d'un classeur. Je suis tombée sur un dossier portant un symbole de soleil noir sur fond jaune qui m'a fait très peur, pourtant rien n'était menaçant...mais l'énergie qui se dégageait de ce symbole et que je percevais, était phénoménale et c'est ce qui m'a choquée et effrayée. Je me suis réveillée sur le coup. Ce n'était pas un rêve habituel.



envoyé par: Lady Oscar

Cette nuit j'étais une militaire, en vol au dessus d'un territoire en guerre, je ne sais lequel, avec mon conjoint dans le même rôle, alors que nous sommes collègues policiers dans la réalité.
Dans cet avion nous sommes embarqués avec plusieurs autres soldats inconnus.
Nous guettons tous par les hublots, l'altitude ne doit pas être très élevée, je vois des champs et des bois dans un paysage légèrement vallonné, le temps est très clair, quand nous apercevons au loin une traînée de fumée grise.
Mon conjoint est assis en face de moi, je lui dis "c'est un missile", en pensant à un missile autoguidé vers notre appareil et que nous sommes foutus.
Un message radio provenant du cockpit nous confirme immédiatement l'approche de ce missile et par le hublot je le vois, avec sa traîne de fumée grise, décrire un léger virage pour atteindre sa cible.
Nous n'avons pas le temps de nous mettre en place pour évacuer l'appareil, il est trop tard, seulement quelques secondes se passent...
Et alors que dans la réalité je lui dis très rarement (remarque que je me suis faite en rêvant à ce moment), je prend les mains de mon conjoint en les serrant très fort et je lui répète jusqu'à la mort "je t'aime, je t'aime, je t'aime..."
Une forte détonation teintée de feu signe la fin de mon rêve, sans aucune douleur, ni peur, comme lorsque l'on est spectateur d'un film.



envoyé par: Julien

La semaine dernière, j'ai rêvé qu'un ami du travail faisait découvrir notre série télévisée préférée à tous nos collègues. Jusque là, rien de bien spécial me direz-vous. Ce qui m'a marqué, c'est que, dans ce rêve, j'étais persuadé d'avoir déjà rêvé de cette scène. Une sorte de mise en abyme, un rêve dans un rêve. Et mon cerveau a trouvé ça suffisamment original pour que je m'en rappelle alors que je me souviens rarement de mes rêves.



envoyé par: noror

Les rêves heureux ou coquins je ne connais pas. L'un de mes derniers cauchemard est le suivant:
J avance à travers les couloirs d'un hopital très glauque. J'essaye d'en sortir car je vois partout des malades cadaveriques qui se vide d une espèce de substance immonde, jaunatre.
En montant les.étages je me rend compte qu ils exploitent les malades en les faisant travailler en utilisant l'etrange substance pour en faire quelque chose comme des bougies.
Et la au milieu du couloir, avec dans les bras une bascine remplis du liquide jaune mon neveu de 4ans. La je comprend qu'il est atteint par un cancer en phase terminale et que je suis dans le meme cas...
J'essaye de nous faire sortir , là un ascenseur, la porte s'ouvre et à ce moment je comprend qu'il n y a qu'une place et que celui qui la prendra sera sauvé
Je dois décider qui...
Là je me suis reveillée...



envoyé par: kawen

Personnellement, je me souviens plus de mes cauchemars que de mes rêves. Voici le dernier. C'est celui de cette nuit.
Je suis avec ma famille (parents et ma soeur) et mon amie dans une maison construite en plein milieu d une mer. Tout va pour le mieux. Mais il existe des tensions dans le monde. Je suis à la fenêtre de cette maison qui possède de grandes baies vitrées. Tout les appareils qui font fonctionner la maison sont installés au dessus du toit.
Tout à coup, au loin, je vois un nuage s'élevant en forme de champignon dans le ciel. Affolée, je préviens tout le monde. J'ai compris que c'était une bombe nucléaire qui avait explosé et nous n'allions pas tarder à en ressentir les effets. Nous pouvions voir l'onde de choc au loin qui se rapprochait. La TV allumée, l'Angleterre a envoyé une bombe sur un pays d Orient.
Au loin, nous voyons la vague de plusieurs mètres arriver sur nous. Ma mère me dit de ne pas m inquiéter, tant que la vague ne submerge pas la maison, tout va bien. Puis, la vague géante se fracasse sur la maison, passant par dessus. Et là, tout devient noir, froid. La maison n'a plus d'électricité, d'autonomie.
Nous essayons d échapper à cette prison en vain. Plus de contact avec l extérieur.

Je me suis réveillée sans savoir la fin du rêve.



envoyé par: montagnerusse

Je suis à une fête foraine avec des amis, je m'y promène puis d'un coup je vois que sur la grande montagne russe, une dizaine de personnes sont entrain de faire du roller. certains ont des rollers " fusée" qui peuvent les envoyer en l'air. Ils font des sauts en l'air, des loopings, et je commençe à me sentir mal à l'aise car faire du roller sur une montagne russe, c'est très dangereux et inconscient!
Puis je vois qu'une personne à trébuché et s'accroche tant bien que mal au rail du manège pour ne pas tomber. Et la tout part de travers, ceux qui font des sauts en l'air commencent à tomber par terre, certains perdent l'quilibre et tombent aussi. C'est affreux, j'assiste, impuissante à la mort de ces personnes.

J'apprend plus tard aux informations (toujours dans mon rêve) qu'il s'agissait d'une grande famille ( frères, soeurs, cousin, cousines,..) qui vivaient chez leur grand père. Et je me souviens m'être sentit mal à l'air en apprenant cela car je pouvait maintenant mettre un visage et un nom sur les gens que j'avais vu mourir.



envoyé par: Sylvain

Récemment, j'ai rêvé que j'étais en voyage au Laos, un pays où je ne suis jamais allé et auquel je ne pense jamais. J'arrivais dans un village aux maisons en bois avec des drôles de toits, hauts et incurvés. Je sympathisais avec des villageois qui m'invitaient chez eux à partager le repas. A l'intérieur de la maison, tout était en bois, les murs, le plafond, le plancher. Nous prenons place autour d'une grande table basse, assis sur des nattes. Dans le rêve, tout était très détaillé, comme dans un film en haute définition, les personnes, la décoration, la vaisselle finement décorée, les mets de la cuisine locale. A la fin du repas, une belle jeune femme m'apporta un plateau sur lequel se trouvait une sorte de boule faite d'une pâte fine refermée en haut par une lanière découpée dans une feuille de palmier. Cela semblait délicieux. En même temps, je trouvais curieux qu'on apporte cela uniquement à moi. Je compris alors qu'il s'agissait d'un rite. Lorsqu'une jeune femme offrait ce plat à un homme, cela signifiait qu'elle souhaitait l'épouser. Et si l'homme défaisait la lanière végétale, cela voulait dire qu'il acceptait la demande en mariage. C'est alors que je me suis réveillé. Je n'ai donc jamais su si je l'épousais ou pas...



  
home